Des manifestants biélorusses détenus lors des rassemblements de masse continus contre le président

Viasna, un centre non gouvernemental de défense des droits de l’homme en Biélorussie, a déclaré que sept autres personnes ont été détenues en Biélorussie dimanche lors du traditionnel week-end de protestation contre le président Alexandre Loukachenko, qui a remporté son sixième mandat lors d’une élection contestée. Le nombre total de détenus s’élèverait désormais à plus de vingt personnes.

Selon une source locale, leweek-end dernier a marqué le 141er jour de manifestations de masse contre Loukachenko, qui avaient lieu tous les week-ends depuis qu’il a revendiqué la victoire aux élections du 9 août, qui lui ont remporté une victoire écrasante contre son adversaire populaire Sviatlana Tsikhanouskaya. Tsikhanouskaya et ses partisans ont affirmé que les élections étaient truquées. Loukachenko est le premier et le seul président de la Biélorussie depuis la création du bureau il y a 26 ans.

Les protestations contre Loukachenko ont été largement pacifiques, avec des vidéos montrant des manifestants avec des drapeaux rouges et blancs défilant dans les cours des quartiers résidentiels de la capitale, scandant « Vive la Biélorussie ! » et « Tant que nous sommes unis, nous sommes invincibles ». Pourtant, les autorités biélorusses ont pris des mesures sévères contre les manifestations, dont la plus importante a attiré jusqu’à 200 000 personnes. La police a utilisé des grenades paralysantes, des gaz lacrymogènes et des matraques pour disperser les rassemblements, et des milliers de personnes ont été arrêtées et sauvagement battues.

Viasna maintient la position que la présence ouvertement autoritaire à ces manifestations pacifiques est une violation des droits de l’homme. « Les protestations post-électorales ont été spontanées, auto-organisées, et ont été causées par la méfiance à l’égard des résultats de l’élection présidentielle du 9 août, qui a été marquée par de nombreuses violations et fraudes, et n’a pas été reconnue par la communauté internationale comme démocratique, juste et libre. Les rassemblements ont été pacifiques et n’ont pas constitué une menace pour la sécurité nationale ou publique. Malgré cela, les manifestants ont été attaqués par des unités spéciales du Ministère de l’intérieur qui ont utilisé une violence disproportionnée, de l’équipement anti-émeute et des armes non létales. Pour la première fois dans l’histoire de la Biélorussie, des balles en caoutchouc et des canons à eau ont été utilisés contre des manifestants pacifiques. L’utilisation de grenades paralysantes a causé beaucoup de dommages particulièrement graves ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *