Les membres du Congrès veulent punir l’avocat de Trump pour avoir appelé à écarteler un fonctionnaire

Le juriste a fait cette déclaration dans une émission de télévision et l’a ensuite qualifiée de blague. Mais les membres du Congrès réclament déjà des procédures disciplinaires contre l’avocat.

Un groupe de membres démocrates du Congrès américain a demandé à l’ordre des avocats de district de Columbia d’ouvrir une enquête sur Joseph DiGenova, un avocat de l’équipe de campagne du président Donald Trump, rapporte CNN.

Il est accusé d’avoir appelé à la violence contre l’ancien responsable de la cybersécurité Chris Krebs. Ce dernier a été démis de ses fonctions après avoir rejeté les allégations de M. Trump concernant la fraude lors de l’élection présidentielle.

Les représentants démocrates Kathleen Rice de New York et Ted Lieu de Californie ont écrit une lettre et l’ont envoyée au bureau du conseil de discipline. Dans ce document, les auteurs demandent une enquête basée sur les déclarations de DiGenova. Ils font référence à une déclaration de l’avocat dans un talk-show radio du Massachusetts, appelant à ce que Krebs soit écartelé et « tué à l’aube ».

« Si un avocat agréé dans le district de Columbia peut, en tant que fonctionnaire, appeler publiquement à la mort des opposants présumés de son client sans conséquence, cela signifie que l’avocat n’est pas coupable de négligence grave dans l’exercice de ses fonctions. Le conseil de discipline devrait immédiatement lancer une enquête sur M. DiGenova », ont souligné les auteurs de la lettre, Rice et Lieu.

Le mardi 1er décembre, M. DiGenova a tenté d’expliquer ses déclarations en les qualifiant de blagues. « Il était évident pour tous ceux qui ont écouté le talk-show de Howie Carr que mes remarques étaient sarcastiques et faites en plaisantant. Bien sûr, je ne souhaite pas de malheur à M. Krebs. C’était une hyperbole politique ».

Néanmoins, Rice et Lieu ont déclaré que le comportement de DiGenova violait au moins trois règles de conduite professionnelle de l’ordre des avocats de district de Columbia. Ils lui ont également reproché le fait d’utiliser la « rhétorique agressive » que Trump aime utiliser.

En novembre, M. Trump a annoncé le licenciement de M. Krebs de son poste de chef de la cybersécurité du Ministère de la sécurité intérieure. Le président des États-Unis a accusé le fonctionnaire de nier les allégations de M. Trump concernant la fraude électorale. Plus tard, dans une interview accordée au Washington Post, M. Krebs a réitéré une affirmation antérieure selon laquelle l’élection était exempte d’irrégularités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *