Un tribunal chinois condamne à quatre ans de prison une dénonciatrice du COVID-19

Les organisations de défense des droits ont dénoncé la peine de quatre ans de prison prononcée lundi par un tribunal chinois contre Zhang Zhan, une journaliste citoyenne. Elle a été reconnue coupable d’avoir « provoqué des querelles et des troubles », des accusations parfois utilisées par les autorités pour étouffer la dissidence.

Zhang, une ancienne avocate de 37 ans, avait fait un rapport sur l’épidémie de COVID-19 à Wuhan qui a débuté en février. Zhang a posté sur YouTube des vidéos d’interviews avec des habitants de Wuhan. Les vidéos de Zhang montraient également des hôpitaux, des rues et des gares vides de la ville, ainsi qu’un crématorium. Ces reportages ont remis en question le récit officiel de l’épidémie fourni par le gouvernement chinois.

Zhang a été détenue en mai et a été officiellement inculpée en novembre. Elle fait une grève de la faim depuis juin, croyant que le gouvernement a violé sa liberté d’expression. Amnesty International a sonné l’alarme face à son sort au début du mois, déclarant dans un communiqué que « sa santé et son bien-être sont gravement menacés et qu’elle risque de subir de nouvelles tortures et d’autres mauvais traitements ».

La Coalition pour les femmes dans le journalisme a publié une déclaration disant qu’elle était « totalement consternée par la décision du tribunal », tandis que les défenseurs chinois des droits de l’homme ont qualifié la peine de quatre ans de »défi à la liberté de la presse et à la liberté d’expression ». Le Bureau du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a tweeté qu’il était « profondément préoccupé » par cette peine, et a déclaré qu’elle était « un exemple de la répression excessive de la liberté d’expression liée à #COVID19 » et a appelé à la libération de Zhang.

Zhang n’est pas la seule journaliste citoyenne à avoir disparue après avoir fait un reportage sur l’épidémie de COVID-19 à Wuhan. D’autres dénonciateurs, dont Fang Bin, Chen Qiushi et Li Zehua, ont également disparu. Si Chen et Li sont réapparus par la suite, Fang est toujours porté disparu.

L’un des avocats de Zhang, Ren Quanniu, a déclaré qu’ils interjetteront probablement appel de la peine de Zhang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *